Home / Médecine / Endocrinologie / Les dégâts du tabagisme sur l’ADN sont …irréversibles !

Les dégâts du tabagisme sur l’ADN sont …irréversibles !

Lorsque les dégâts causés par la cigarette vont jusqu’à l’ADN, il est difficile de revenir en arrière, alerte cette étude du chercheur Prix Nobel de chimie 2015. Une nouvelle technique développée par son équipe (Université de Caroline du Nord-UNC) révèle ainsi les dégâts d’ADN génomiques causés par un cancérogène majeur, le tabac. Des travaux présentés dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS) qui vont permettre de cartographier les dommages à l’ADN associés au tabac mais aussi plus largement à d’autres toxines environnementales.
Les scientifiques savent depuis des décennies que fumer provoque des dommages à l’ADN, ce qui peut entraîner le développement d’un cancer du poumon. Cette équipe de l’UNC vient de développer une méthode unique et révolutionnaire capable de cartographier en haute résolution efficacement ces dégâts à travers le génome.

Cette technique innovante du laboratoire du lauréat du prix Nobel Aziz Sancar qui permet cartographier des sites sur le génome, lésés ou en cours de réparation, fait ici sa preuve de concept avec le benzopyrène, un hydrocarbure aromatique polycyclique (BaP) et l’un des pires agents cancérigènes contenus dans le goudron de la fumée de cigarettes. Ce seul cancérogène représente environ 30% des décès par cancer aux États-Unis, précise le Pr Sancar. Les hydrocarbures aromatiques polycycliques posent un grave danger environnemental : sous-produits de la combustion de composés organiques, des incendies de forêt aux moteurs diesel et aux barbecues, les BaP sont largement présents dans l’air, les sols et les aliments. Cependant le tabagisme représente notre première voie d’exposition.

Une réaction chimique cancérogène : en cas d’exposition à un hydrocarbure toxique, les enzymes de notre sang le décomposent en molécules plus petites. Dans le cas du tabac, une réaction de protection produit également un composé appelé benzopyrène diol époxyde (BPDE), un cancérigène qui s’avère pire que les BaP : BPDE réagit chimiquement avec l’ADN, formant une liaison très étroite à la nucléobase guanine. Cette liaison induit une incapacité des gènes à fabriquer les protéines appropriées et l’ADN ne peut plus être reproduit correctement lors de la division cellulaire, ce qui peut conduire à une mutation permanente qui transforme une cellule saine en cellule cancéreuse. Or, la nouvelle technique de cartographie de l’ADN induite par BaP permet maintenant aux scientifiques d’identifier les sites sur le génome où les cellules tentent de réparer les dégâts…

Suivre la réparation par excision de nucléotides : ce processus de réparation implique le recrutement de protéines spéciales qui vont effectuer une sorte de ” chirurgie de l’ADN ” , en éliminant le site affecté. Si tout se passe bien, les enzymes de synthèse d’ADN reconstruisent ensuite la section manquante d’ADN à l’aide d’un autre brin non affecté. Ceci est possible car toutes les formes de vie basées sur les cellules comprennent 2 brins d’ADN complémentaires. Pendant ce temps, le brin d’ADN endommagé est libéré puis éliminé comme tous les déchets cellulaires. Ce sont ces morceaux flottants d’ADN qui fournissent des indices et des repères précieux pour cette cartographie des dégâts à l’ADN.

une cartographie en effet précieuse pour les scientifiques car elle va leur permettre de mieux comprendre comment apparaissent les cancers induits par le tabagisme, pourquoi certaines personnes sont plus vulnérables ou plus résistantes à ces cancers et comment ils pourraient être évités. C’est aussi une révélation et matérialisation flagrantes des effets du tabagisme au niveau cellulaire, de nature à marquer l’opinion publique et peut-être à décourager une partie du milliard de fumeurs dans le monde. ” Une aide considérable en Cancérologie et en Santé publique : Il serait bon que cette technique de cartographie contribue non seulement à sensibiliser aux dangers du tabagisme mais aussi au suivi des effets de réparation de l’ADN dans le développement de nouveaux médicaments ” .

source : https://www.eurekalert.org/pub_releases/2017-06/uonc-wcs061217.php

About Chercheur

Check Also

Arthrose du poignet : causes et traitements possibles

L’arthrose est un processus chronique, due à l’atteinte dégénérative du cartilage. L’arthrose du poignet est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *