Home / Découverte / La découverte des cachettes du VIH

La découverte des cachettes du VIH

vih

Des chercheurs du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) identifient les cellules qui servent de cachettes au virus de l’immunodéficience humaine (VIH) au cours des trithérapies.

Des chercheurs du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) identifient les cellules qui servent de cachettes au virus de l’immunodéficience humaine (VIH) au cours des trithérapies.

« Nous avons trouvé des marqueurs cellulaires pour cibler les réservoirs du VIH. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives de traitement pour les éliminer et guérir peut-être un jour les personnes infectées par le virus », explique Nicolas Chomont, chercheur au CRCHUM et auteur principal d’une étude parue aujourd’hui dans la revue PLOS Pathogens .

Les réservoirs du VIH sont des cellules et des tissus dans lesquels le virus persiste, malgré les traitements de trithérapie. Ces traitements empêchent l’évolution de l’infection vers le syndrome d’immunodéficience acquise (sida). « Les médicaments antirétroviraux fonctionnent très bien. Généralement, la charge virale tombe à un niveau indétectable lors de tests sanguins à l’hôpital. Le problème, c’est que si la personne arrête la trithérapie, le virus revient très vite, parce qu’il était caché dans ces réservoirs. L’objectif de mon laboratoire est d’identifier les cellules dans lesquelles le virus se cache, pour les éliminer. Si on y arrive, les personnes infectées pourront éventuellement arrêter la trithérapie, qui n’est pas sans effets secondaires », fait valoir Nicolas Chomont, également professeur à l’Université de Montréal.

Le VIH a besoin d’être hébergé dans une cellule, en quelque sorte sa maison, pour vivre et se répliquer. Il « habite » préférentiellement les lymphocytes T CD4+, un type de globules blancs dont le rôle est d’activer la défense du corps humain contre les infections. Mais trouver un réservoir du VIH, c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Au sein de la vaste population de lymphocytes T CD4+, il y a seulement une cellule réservoir sur un million de cellules.

L’équipe de Nicolas Chomont a démontré que les cellules qui servent de maisons au virus ont des caractéristiques immunologiques communes. Rémi Fromentin, associé de recherche au CRCHUM, a identifié trois marqueurs cellulaires typiques des réservoirs. Ces protéines appelées PD-1, LAG-3 et TIGIT, s’expriment à la surface des cellules qui abritent les virus persistants. « Pour reprendre l’analogie des maisons, PD-1, LAG-3 et TIGIT, correspondraient par exemple à une grande cheminée, une petite porte et une haie devant la clôture. L’objectif est d’aller détruire toutes les maisons qui ont ces caractéristiques, pour éliminer le virus », ajoute Nicolas Chomont.

« Cette découverte est importante parce qu’il n’existait jusqu’à maintenant aucune combinaison de marqueurs ayant un potentiel d’intervention thérapeutique sur les réservoirs du VIH. L’intérêt, c’est qu’il existe déjà des médicaments anticancer qui visent spécifiquement ces marqueurs. On pense qu’on pourrait utiliser les mêmes médicaments pour détruire les réservoirs du VIH », explique Rémi Fromentin.

Les chercheurs vont tester au laboratoire des anticorps qui s’accrochent spécifiquement à ces marqueurs. Puisque certains de ces médicaments appelés immunomodulateurs sont déjà approuvés par la Food and Drug Administration des États-Unis et par Santé Canada, leur trouvaille pourrait être transférée assez rapidement à la pratique clinique. Parallèlement à cette application prometteuse, Nicolas Chomont et Rémi Fromentin poursuivent leurs travaux pour affiner leurs connaissances des caractéristiques des maisons qui hébergent ces réservoirs du VIH. Le but est de viser le plus juste possible en détruisant les bonnes maisons, et donc toutes les cellules où le VIH a entrepris de se cacher malgré la prise de médicaments antirétroviraux.

À propos de cette étude
L’étude « CD4+ T cells expressing PD-1, TIGIT and LAG-3 contribute to HIV persistence during ART », a été publiée en ligne dans PLOS Pathogens le 14 juillet 2016. Nicolas Chomont (CRCHUM & Université de Montréal) et Rémi Fromentin (CRCHUM & Université de Montréal) sont respectivement l’auteur principal et le premier auteur. Cette recherche est financée principalement par les National Institutes of Health (NIH) (subventions 1U19AI096109 et 1R21AI113096) et par amfAR, The Foundation for AIDS Research (subventions 108687-54-RGRL et 108928-56-RGRL).

Pour en savoir plus :
PLOS Pathogens – 14 juillet 2016 « CD4+ T cells expressing PD-1, TIGIT and LAG-3 contribute to HIV persistence during ART » –
http://journals.plos.org/plospathogens/article?id=10.1371/journal.ppat.1005761doi:10.1371/journal.ppat.1005761

Source :
Communiqué de presse du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) du 14 juillet 2016 – http://crchum.chumontreal.qc.ca/nouvelles/des-cachettes-du-vih-identifiees

 

Check Also

Les gants poudrés comportent un danger selon la FDA

Les gants médicaux poudrés peuvent constituer un danger pour professionnels de santé et les patients …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *