Home / Médecine / L’activité physique intensive inhibe la croissance de tumeurs cancéreuses chez les souris

L’activité physique intensive inhibe la croissance de tumeurs cancéreuses chez les souris

113093,xcitefun-athlete-mouse-2

Une étude danoise montre que chez les souris, la pratique intensive d’activités physiques permet d’inhiber la croissance de tumeurs cancéreuses. Les chercheurs ont bon espoir d’observer les mêmes résultats chez l’homme.

Une équipe de l’Université de Copenhague et de l’hôpital de Herlev, en partenariat avec d’autres scientifiques internationaux, a publié une nouvelle étude dans la revue Cell Metabolism [1]. Elle montre que chez les souris, la pratique intensive d’activités physiques permet d’inhiber la croissance de tumeurs cancéreuses.

Ce type de conclusions a déjà pu être avancé par d’autres recherches ces dernières années. Cependant, l’étude apporte certaines explications sur des mécanismes de défense de l’organisme face à des tumeurs. Les chercheurs ont également été particulièrement surpris par l’ampleur des résultats. Ils ont notamment observé que chez des souris infectées par des cellules cancéreuses, courir de façon intensive (4 km par jour pendant plusieurs semaines) avait réduit la taille des tumeurs de 50 à 60%. Ces conclusions se vérifient pour tous les types de cancer mais les résultats les plus significatifs ont été remarqués au niveau du foie, des poumons et des mélanomes malins.

L’activation des muscles produit de l’adrénaline, qui elle-même active la production de cellules immunitaires. En parallèle, ces muscles en action permettront la sécrétion d’un composé chimique appelé IL-6 qui aide les cellules immunitaires à lutter contre la tumeur. L’activité physique doit cependant être intense et suffisamment longue (entre 20 et 60 minutes selon l’individu). Un simple footing ne génèrera donc probablement pas d’effets significatifs. Pour des raisons d’accoutumance du corps à l’effort et aux sécrétions mentionnées précédemment, les sportifs produiront l’IL-6 moins rapidement que des personnes en mauvaise condition physique. Ces derniers pourront ainsi observer des effets d’inhibition de la croissance de tumeurs cancéreuses plus notables et plus rapidement.

Les chercheurs sont assez optimistes sur le fait que ces résultats rencontrés chez la souris le seront aussi chez l’homme. Il sera dans ce cas nécessaire d’étudier si cette pratique pourrait être combinée aux autres méthodes de traitement des cancers.

[1] Pedersen et al., Voluntary Running Suppresses Tumor Growth through Epinephrine- and IL-6-Dependent NK Cell Mobilization and Redistribution, Cell Metabolism (2016)

source : http://sciencenordic.com/intense-exercise-inhibits-cancer-mice

Check Also

Les gants poudrés comportent un danger selon la FDA

Les gants médicaux poudrés peuvent constituer un danger pour professionnels de santé et les patients …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *